La Cauterésienne, chanson de la course du Vignemale!

Quand on vous dit que cette course est mythique… Il existe même une chanson dédiée. Voici son histoire et les paroles!

notes-musique

Cette chanson, issue de la culture cauterésienne, nous l’avons apprise dans les années qui suivirent la deuxième guerre.

Après la guerre, les Cauterésiens rentrés de captivité travaillaient à la mine de Penarroya où étaient extraits les minerais de plomb et de zinc.
Ces gueules noires rentraient le soir à Cauterets par le train du P.C.L, et les St Jean, St Pierre, St Paul, St Joseph, St Renè, St Maurice donnaient lieu à de nombreuses tournées de chopines de blanc qui chauffaient les voix chez Aulibé, chez Lacabanne, chez Rapha, chez Sarat ou chez Heuga.
Ces verres de blanc étaient certainement, comme le chantait Bachelet, des << diamants roses posés sur fond de silicose >>.
Nous, les gosses, un peu poulbots, étions admis à écouter les premières chansons. Dans un silence religieux, nous attendions que Popol Pont, rescapé des camps de concentration, entonne  << la Cauterésienne >>. Aussitôt, un choeur de voix viriles s’impliquait dans ces chansons qui nous donnaient le frisson. Jeantou Barrère était baryton, René Capdevielle était ténor… Ensemble musical exceptionnel que nous rêvions d’égaler…

Ces paroles et ces airs plus que centenaires, nous vous les offrons aujourd’hui. Qu’ils traversent encore un siècle ….

<<  SALUT CAUTERETS,
SALUT A TOI VILLE REINE
BRIANTS SEJOURS, BRIANTS SEJOURS AUX SUBLIMES SPLENDEURS
MONTS PYRENEES, INCOMPARABLE CHAINE
RIANTS VALLONS AUX SOMMETS ENCHANTEURS
C’EST DANS CES LIEUX  QU’ON VIT LA RANDONNEE
DE CES HEROS AUX ENTRAILLES DE FER
QUI POUR SAUVER L’ANTIQUE RENOMMEE
POUR LE DRAPEAU AURAIENT BRAVE L’ENFER
INTREPIDES CHAMPIONS DU RAID DU VIGNEMALE
SUPERBES MONTAGNARDS A L’ALLURE MARTIALE
QU’ILS SONT BRAVES ET BEAUX TES ROBUSTES CADETS
TES FIERS ENFANTS Ô CAUTERETS
TES FIERS ENFANTS Ô CAUTERETS>>

Toutes les gueules noires reprenaient en choeur cet hymne a la gloire de Cauterets, et certains, informés par leurs aïeux contaient  la mésaventure de Labasse qui, arrivé en tête au sommet du Vignemale déclara au contrôleur  << Je ne peux repartir >>.
Le toy Cathala, favori de sa vallée, avait explosé et les guides Luchonnais s’étaient découragés en admirant la cadence imposée par les cousins Bordenave.
Les soirées se terminaient tard dans la nuit par un sursaut d’orgueil chantant qui rappelait  <<que c’est Piron qui remporta le Prix >>. Piron était un surnom donné à la famille Bordenave. Quant à Jean Marie Bordenave, on n’a jamais oublié son nom, mais à Cauterets, on l’appelait << LE CHAMPION >>.

En écrivant cette modeste page d’histoire, j’ai eu une amicale pensée pour Michel Barrère qui a eu l’audace de réinventer le Vignemale . Encore merci Michel.

Henri Pont le 02 juillet 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s